Rencontre avec la graphiste et illustratrice : &Célestine

15 septembre 2021

Quel que soit votre support de communication, le fondement de votre image de marque est votre identité visuelle. Pour marquer les esprits tout en transmettant à vos clients et prospects vos savoir-faire et vos valeurs, le logo comme les couleurs requièrent la plus grande attention et faire appel à un graphiste professionnel peut se révéler indispensable !

Nous vous invitons aujourd’hui à découvrir l’univers d’Elodie Ganné, alias &Célestine. Installée au Pays basque, elle accompagne ses clients dans l’élaboration de leur identité de marque, qu’il s’agisse de la décliner pour le web ou des supports imprimés.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir graphiste ?

De heureux hasards, des rencontres significatives et un retour aux sources (créatives pour ma part). Mon parcours, et mes expériences. Et surtout un stage en imprimerie. Déjà, j’ai baigné dans une atmosphère très ouverte à l’art, principalement dans une culture musicale, littéraire et cinématographique très variée, et surtout hétéroclite.

Plus jeune, j’ai comme pour la majorité d’entre nous, il me semble, oscillé entre plusieurs idées de métiers. Journaliste, institutrice, ressortaient beaucoup. Mais les études m’ont fait réaliser que le type de bac formel n’était a priori pas fait pour moi. Il me fallait du concret, faire le parallèle. Je me suis alors tournée vers un BAC Communication, et je crois que ça a été l’une de mes premières révélations professionnelles. J’ai compris à ce moment là, qu’entre la pédagogie que demande l’institution, et l’idée d’analyser, reporter, du journalisme, ces métiers ont surtout, entre autres, ce point commun de vouloir faire passer un message ; et je crois que c’est comme ça que ça a commencé dans mon esprit à germer doucement. J’ai toujours aimé partager, écouter, découvrir les gens et comprendre, analyser et parfois traduire ce qu’ils souhaitent exprimer. De fil en aiguille et avec cette idée très forte d’apprendre en travaillant, j’ai réalisé toutes mes études en alternance. Ce parcours m’a fait au fil des années, m’ouvrir et (re)découvrir mon attrait pour le design, l’expression. Je me suis alors spécialisée après une licence en communication, en Design, et ai suivi une prépa en graphisme pour finir par un master en Direction Artistique, spécialisée en Print, l’un de mes premiers amours. Aujourd’hui je passe des messages à ma façon, visuellement.

Quelles sont vos influences ? Vos inspirations ?

Tout, ou presque. On reste constamment éveillé, même pour la plupart du temps inconsciemment, dans les métiers comme le mien.

Je m’inspire de notre région, pleine de couleurs, d’Hitchcock, beaucoup, et Saul Bass. Des livres à la fnac que je peux feuilleter pendant des heures. Des façades que j’ai vu pendant mon séjour à Madrid, comme une mise en page d’un magazine…

Il y a la musique aussi, énormément. Je travaille toujours en musique, et j’ai une musique fétiche pour chaque projet, mes clients ne pourront que confirmer! Et Pinterest, Instagram, internet aussi, forcément. Il n’y a pas de règles. Je peux passer d’une musique de Sade au film Psychose à encore un reportage de nuls et culottés sur France 5. C’est tout ça qui nourrit l’inspiration.

Et dans mon métier, ce qui nourrit encore plus, ce sont les rencontres. Je suis chargée de traduire visuellement un projet, une demande, mais indirectement aussi la personnalité de la/les personne.s qui porte.nt ce projet. Et ça, ça inspire plus que tout.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes créent elles-mêmes leurs visuels avec Canva ou d’autres applis faciles d’accès. Pourquoi alors faire appel à une graphiste professionnelle ?

Je pense, avec le recul, que Canva et ce type de plateformes ne sont plus des « menaces », pour nous les créatifs. Plus nous avançons et plus les gens, porteurs de projets, sont éveillés à la communication, même visuelle. Forcée de constater que nous avons déjà fait un grand pas. La communication a longtemps été la 5eme roue du carrosse. Néanmoins, faire appel à une graphiste professionnelle sera utile (nécessaire ?) si le projet demande un accompagnement précis et technique. Savoir communiquer reste un métier. Même si nous avons une sensibilité esthétique, il y a des règles en design.
Je pense que ce type de site peut-être utile lorsque nous avons déjà une identité plus ou moins fixée, pour la respecter, maintenir une visibilité et surtout, avoir l’impact escompté de manière harmonieuse. Je suis même heureuse de voir les projets d’identité visuelle que j’ai pu mener pour certains clients, continuer de vivre grâce à ces sites. Cela signifie que j’ai su leur donner assez d’outils pour jouer avec leur identité et la faire vivre.

Création d’entreprise, refonte d’identité visuelle, création de supports print… Une préférence dans toutes les facettes de votre activité ?

J’aime l’idée qu’aucun projet, ni même journée ne se ressemblent, par les divers projets que je mène. Mais je reconnais que tout le cheminement lié à un projet de charte graphique, d’identité visuelle, m’inspire et me plait énormément.

Il y a la rencontre, le brief, que je ne limite pas en temps et qui donne l’occasion de tirer les ficelles, découvrir une personnalité, mieux appréhender les envies, les goûts, mais aussi les parcours, les choix. Chaque projet a sa personnalité et sa raison d’être. Et je crois que ma préférence est là. Je peux, à travers ces projets, avec tout ce que j’ai eu l’occasion d’apprendre, penser un projet sur-mesure, qui correspond aussi bien à la cible, l’audience que le porteur de projet. Le voir naître, dans ma tête, mon carnet, le proposer, et un jour vivre de manière palpable est véritablement satisfaisant. Presque une fierté. D’avoir su percevoir et proposer de façon concrète une idée « qu’ils avaient au fond d’eux mais n’arrivaient pas à formuler, à concevoir sans mon aide », comme mes clients me rapportent souvent à l’issue de notre collaboration.

 

Toutes les actualités